Abeilles, intoxications et informations
100.4K views | +8 today
Follow
Abeilles, intoxications et informations
Articles pertinents sur les problématiques des mortalités et disparitions des abeilles
Curated by Bee Api?
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Chez les abeilles, les antennes captent les champs électriques

Chez les abeilles, les antennes captent les champs électriques | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Les abeilles perçoivent les champs électriques. L’information n’est pas nouvelle mais on vient seulement de comprendre... Tout reposerait sur la répulsion qu’ont les antennes pour les charges électriques positives. Et si insectes s'en servaient pour communiquer entre eux ? Un décryptage s’impose.
(...)

Des antennes électrosensibles chez les abeilles

Trois expériences ont été menées dans une salle dépourvue de perturbations électromagnétiques extérieures. Les champs émis par des abeilles chargées (tension de 0 à 450 volts) ont des composants de basses et de hautes fréquences. Pour commencer, ils ont été reproduits sur une baguette qui a ensuite été approchée de butineuses. Dans tous les cas, leurs antennes se sont mises à fléchir passivement à l’arrivée de l’objet. Dans la deuxième expérience, les chercheurs ont conditionné les abeilles pour qu’elles réagissent à un champ électrique précis, dont l’émission signalait la présence d’une récompense sucrée. Le test a été couronné de succès, ce qui signifie que ces insectes perçoivent les champs émis avec précision.

 

Enfin, des antennes ont été extraites de plusieurs spécimens, avec tous les organes attenants, puis exposées à la baguette chargée. Cette dernière les a de nouveau fait fléchir, provoquant la mise en mouvement des cellules sensorielles ciliées (ou mécanorécepteurs), d’après des mesures réalisées avec un vibromètre laser. Ces cellules sont observables dans l’organe de Johnson, qui se situe lui-même à la base des appendices. Des électrodes placées sur les axones partant de cet organe ont bien enregistré l’émission d’influx nerveux en présence d'un champ électrique. Leurs intensités respectives sont même liées. Ce mécanisme a été présenté dans les Proceedings of the Royal Society B.

 

Selon les auteurs, les abeilles pourraient l’exploiter pour dialoguer par champs électriques interposés. Ce nouveau mode de communication expliquerait comment elles se transmettent des informations dans l’obscurité, notamment lorsqu’elles réalisent leur danse indiquant la position d’une source de nourriture. Il reste maintenant à le prouver...



more...
Bernadette Cassel's curator insight, October 20, 2013 10:53 AM


SUR ENTOMONEWS

From www.atlantico.fr - February 22, 2013 9:02 PM :

Les abeilles et les fleurs communiquent grâce au courant électrique


Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Bourse de thèse « Réseau de pollinisation dans les landes européennes et déclin des abeilles sauvages » Belgique, Louvain-la-Neuve « Ecodiff

Bourse de thèse « Réseau de pollinisation dans les landes européennes et déclin des abeilles sauvages » Belgique, Louvain-la-Neuve « Ecodiff | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Un sujet de thèse de doctorat est proposé dans le cadre d’un projet FSR (interne à l’université de Louvain-la-Neuve) et FRFC (FNRS 2012-2016) « Impact de la modification du réseau de pollinisation dans le déclin des abeilles sauvages – cas des landes européennes»

 

Par leur comportement de récolte de pollen et de nectar, les Apoides constituent un groupe clé dans la stabilité des réseaux de pollinisation et plus généralement, dans la reproduction de la grande majorité des plantes à fleurs. Le déclin de nombreuses espèces d’abeilles, démontré au cours des dernières décennies, a donc un impact direct dans la stabilité des écosystèmes. Nous proposons de tester la synergie de plusieurs paramètres impliqués dans ce déclin. Notre hypothèse est que la modification des ressources alimentaires – pollens et nectars- a un impact direct sur ces insectes. Ces modifications (changement d’espèces végétales, réduction) seront testées en lien avec la fragmentation des habitats, l’extension d’espèces exotiques envahissantes et les changements climatiques.

 

Le sujet de thèse peut donc inclure un ou plusieurs aspects de cette problématique suivant les intérêts plus particuliers du candidat/ de la candidate. Le projet FSR est plus particulièrement focalisé sur les landes européennes …

Ce projet disponse d’une bourse de 15 mois pour débuter une thèse de doctorat.

 

Intéressé(e) ?

 

Pour toute information complémentaire et toute candidature:
Prof. Anne-Laure Jacquemart (anne-laure.jacquemart@uclouvain.be) ou Dr Carolin Mayer (carolin.mayer@uclouvain.be) Bâtiment De Serres – Local B325
Groupe de recherches « génétique, reproduction, populations »
Earth and Life Institute
Croix du sud 2 bte L7.05.14 – B- 1348 Louvain-la-Neuve
tel : +32 10473449

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Les pesticides rendent les bourdons moins efficaces pour butiner le pollen des plantes - Actualités News Environnement

Les pesticides rendent les bourdons moins efficaces pour butiner le pollen des plantes - Actualités News Environnement | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

COUP D'BOURDON...

 

Deux types de pesticides utilisés dans les champs agricoles rendent les bourdons moins efficaces pour accomplir leur rôle de pollinisateurs et menacent les colonies d’effondrement, d’après une nouvelle étude.

 

Les pesticides utilisés par les agriculteurs tuent aussi les bourdons et affectent leur capacité à trouver de la nourriture, ce qui signifie que des colonies essentielles pour la pollinisation des plantes sont davantage susceptibles de s’effondrer, d’après ce qu’une étude a montré dimanche.

 

Des scientifiques britanniques ont déclaré qu’ils avaient exposé des colonies de 40 bourdons, plus gros que les abeilles à miel, aux pesticides néonicotinoïde et pyréthroïde pendant quatre semaines, à des taux similaires à ceux enregistrés dans les champs agricoles.

 

« L’exposition chronique affecte le comportement naturel de pollinisation et fait augmenter la mortalité des ouvrières, conduisant à une réduction significative du développement et du succès des colonies » ont écrit les scientifiques dans un rapport publié dans le journal Nature dimanche.

Par ailleurs, l’exposition à une combinaison de deux pesticides « fait augmenter la propension des colonies à s’effondrer » d’après les chercheurs du Royal Holloway, de l’Université de Londres.

 

Un rapport des Nations Unies publié en 2011 estime que les abeilles et d’autres pollinisateurs tels que les papillons, les coléoptères ou les oiseaux représentent une valeur de 153 milliards d’euros par an pour l’économie humaine, et sont en déclin dans de nombreuses nations.

 

Les découvertes soulignent l’importance de tester plus largement les pesticides pour garantir qu’ils ne ciblent pas aussi les abeilles et les bourdons, d’après le rapport.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Samedi-sciences (84) : pour butiner, les bourdons captent les signaux électriques des fleurs - Le Club de Mediapart

Samedi-sciences (84) : pour butiner, les bourdons captent les signaux électriques des fleurs - Le Club de Mediapart | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Les bourdons terrestres, insectes pollinisateurs apparentés aux abeilles, sont capables de détecter les signaux électriques émis par les fleurs, révèle une étude réalisée par l’équipe du professeur Daniel Robert, à l’université de Bristol (Royaume-Uni).

 

Selon cette étude, qui vient de paraître dans la revue Science, en plus de leurs couleurs, de leurs formes et de leurs fragrances, les fleurs se manifestent aux butineurs par un signal électrique, un peu l’équivalent d’une enseigne au néon au-dessus d’une vitrine.

 

Les plantes sont en général chargées négativement et émettent un champ électrique faible. Les insectes, eux, acquièrent une charge positive au cours de leur vol. Du fait de cette différence de potentiel, une petite force électrique se met en place lorsqu’un insecte s’approche d’une fleur.

On avait déjà observé que ce phénomène facilitait le transfert du pollen et son adhésion sur une courte distance. De plus, le champ varie selon le statut de pollinisation de la fleur : le dépôt du pollen et la pollinisation qui en résulte changent le potentiel électrique de la fleur.

 

Cela a donné aux scientifiques de Bristol l’idée de chercher si le signal lié au champ électrique fournissait une information aux insectes : un changement du potentiel électrique d’une fleur pouvait-il indiquer à un butineur qu’un autre insecte avait visité la même fleur récemment ?

 

Précisons que lorsqu’une abeille ou un bourdon butine une fleur, la visite de l’insecte laisse d’autres indices que le signal électrique : odeur ou modifications de la couleur, de la forme et du degré d’humidité de la fleur. Mais les signaux électriques fournissent-ils un indice supplémentaire ?

  

A leur surprise, les chercheurs ont découvert que les bourdons terrestres (Bombus terrestris) sont effectivement capables de détecter les champs électriques des fleurs, et apprennent à utiliser les variations de ces champs comme indication pour reconnaître les fleurs les plus intéressantes à butiner – celles où ils pourront trouver le plus de nectar.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Actualité > Déclin des abeilles : les effets des pesticides peuvent s’additionner !

Actualité > Déclin des abeilles : les effets des pesticides peuvent s’additionner ! | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Les abeilles et les bourdons ne se limitent pas à la visite d’un seul champ lorsqu’ils butinent, au risque d’être exposés à plusieurs pesticides différents. Cet aspect du problème aurait été trop peu étudié.

 

Car les effets néfastes des néonicotinoïdes ou des pyréthrinoïdes peuvent s’additionner au point de mettre à mal la survie des colonies !

 

 

Les bourdons récoltent moins de pollen et se perdent

Les expositions ont également eu des effets sur les comportements d’exploration, confirmant ainsi les études précédentes. Les insectes contaminés par les deux agents ont en moyenne réalisé moins de sorties.

En revanche, ils ont été un plus grand nombre à s'aventurer hors du nid. Mais pourquoi ?

 

Peut-être car les bourdons ayant consommé de l’imidaclopride ont rapporté moins de pollen que les autres, même s’ils restaient à chaque fois plus longtemps à l’extérieur.

 

Dernier détail d’importance : le nombre de Bombus qui se sont perdus a augmenté de 50 à 55 % par rapport au groupe témoin.

 

Ainsi, une exposition aux néonicotinoïdes réduirait la collecte du pollen, forçant un plus grand nombre d’ouvrières à sortir et donc à délaisser les larves (qui sont par ailleurs contaminées par les aliments rapportés).

 

µAu final, les taux de mortalité cumulés observés pour chaque type d’exposition parlent d’eux-mêmes : ils sont de 41 %, 51 % et 69 % respectivement pour les lots mis en présence d’imidaclopride, d'λ-cyhalothrine ou des deux (contre 30 % dans le groupe témoin).

 

Les colonies concernées par la double contamination ont donc été touchées plus sévèrement.

 

more...
No comment yet.