Un pôle apicole pour l’avenir de la filière… et des abeilles | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Outre les actions de formations, ce projet inclut le développement du rucher – actuellement de près de 200 colonies – dans sa vocation pédagogique, productive et commerciale. Il intégrait surtout la création, avec le soutien de France Agri Mer, d’un Pôle d’Expérimentation et de Progrès régional, pour structurer les travaux de recherche, notamment au niveau de la ressource en miel et en pollen, de l’état sanitaire et du renouvellement du cheptel et de l’amélioration génétique des abeilles. Pour ce faire, la Région a investi 152 000 € dans l’acquisition du plateau technique et de deux hangars désaffectés, et 60 000 € dans l’aménagement d’ateliers, accueillant entre autres, la miellerie.

Des formations diplômantes

Ce partenariat a été conforté l’année suivante par la signature d’un contrat régional d’objectifs de filière, dont les axes prioritaires sont la sauvegarde de l’abeille, l’augmentation du nombre d’apiculteurs, la sensibilisation du grand public et le soutien aux investissements collectifs. Et par l’accompagnement des actions de formations dispensées par l’établissement côtois. « Nous accueillons chaque année une trentaine de stagiaires qui suivent la formation qualifiante préparant à l’obtention du Brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole ou l’autre, plus courte et plus technique, qui donne droit au Titre d’apiculteur », précise Thomas Guilloux, responsable de cet enseignement au CFPPA, avant d’aborder l’avenir : « Nous envisageons actuellement de mettre en place une formation de niveau supérieur avec une option apicole pour les étudiants en BTS et licences professionnelles ».