OGM, les acteurs d?une violente controverse: les alliés des "pros" OGM | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

L’AFIS, Association française pour l’information scientifique -- qui publie la rigoureuse revue Sciences et Pseudo sciences très engagée contre tout charlatanisme -- est présidée par Louis-Marie Houdebine, chercheur honoraire à l’Inra, détenteur de brevets dans les biotechnologies animales. L’un de ses membres, Marcel Francis Kahn, professeur émérite de médecine à Paris 7, a démissionné arguant que « l'AFIS s'est transformé en un véritable lobby pro OGM » et a réclamé la publication des liens de certains membres avec Monsanto (Sic).

 

Des membres des six Académies, dont l’Académie des sciences, très liée à l’AFBV, ont critiqué l’étude Séralini en un temps record et sans avoir consulté tous leurs membres, et notamment le statisticien Paul Deheuvels, qui s’en est publiquement indigné.


Le site Agriculture et environnement pourfend l’agriculture biologique, défend les OGM et les pesticides.

L’EFSA, Autorité européenne de sécurité des aliments, est responsable de l’évaluation sanitaire des OGM. Après plusieurs scandales et un rapport cinglant de la cour des comptes européenne, elle a été contrainte d’obliger ses experts à publier leurs déclarations publiques d’intérêt. L’ancienne présidente a dû démissionner. Mais cinq membres du panel OGM ont toujours des liens étroits avec l'industrie, dont son directeur Harry Kuiper --dans la mire du médiateur européen depuis 2012, car il est membre de l’ILSI et auteur de recommandations sur l’évaluation des risques, pour « faciliter l’introduction des OGM en Europe » (projet Entransfood).

Autres experts visés: Gijs Kleter, membre de l’International Food Biotechnology Committee de l'ILSI entre 2002 et 2007, ou Patrick du Jardin, spécialiste des pommes de terre OGM, et ancien consultant chez Monsanto.