Ver tueur de lombrics : une catastrophe écologique majeure | A observer | Scoop.it

Voici une nouvelle et très grave menace qui pèse sur notre équilibre écologique. Cette fois, c'est sous nos pieds, dans le sol de nos jardins, dans les pots de fleurs qu'elle se cache sous la forme de vers. Des plathelminthes terrestres invasifs viennent d'être découverts en France.


Ce ver est originaire de Nouvelle-Zélande et est probablement arrivé en France dans des pots de fleurs, indirectement, via l'Angleterre victime de ce fléau depuis plusieurs années.


Car les plathelminthes terrestres invasifs sont de redoutables prédateurs qui dévorent nos vers de terres, les lombrics. Or, les lombrics sont un maillon essentiel de la biodiversité. Les chercheurs n'hésitent pas à parler de catastrophe écologique majeure...


Il y a quelques temps, des élèves d'une école maternelle découvraient dans la cour de jeux plusieurs "bêtes", ressemblant à des reptiles d'une quarantaine de centimètres de long... Un spectacle qui fait froid dans le dos.


Il ne s'agissait pas de serpent mais de l'une des quatre espèces de Plathelminthe découvertes en France depuis quelques mois. Car, il y a six mois, personne ne savait que ce ver s'était installé en France. Il a fallu la perspicacité d'entomologistes amateurs pour donner l'alerte. Le professeur Jean-Lou Justine du Muséum National d'histoire naturelle a rapidement ouvert une page web consacré à cet animal. Au fil des mois, les témoignages se sont multipliés, confirmant que les plathelminthes étaient bien installés en France, avec deux régions particulièrement touchées, la Bretagne et le midi.


Aujourd'hui les scientifiques ont acquis la conviction que les plathelminthes terrestres sont probablement présents sur tout le territoire national. Chez nous, ils n'ont ni prédateurs, ni parasites et peuvent donc se reproduire et se répandre sans limites. Le problème, c'est qu'au moins l'un des quatre espèces se nourrit de nos bons vieux vers de terre, les lombrics qui sont sans défense face à cet ennemi redoutable.


En Angleterre où ce ver est présent depuis plusieurs années, les lombrics ont totalement disparu de certaines localités. C'est la perspective de la disparition des lombrics qui constitue une "catastrophe écologique majeure". Car ce sont eux qui fertilisent le sol, l'aère et permettent donc aux végétaux de se développer normalement.


L'autre problème c'est le fait qu'on ne sait aujourd'hui presque rien sur ces vers, qui pourraient même être toxiques pour l'homme. On ignore même le nom de deux des espèces recensées en France. Les recherches ne font que commencer. Les chercheurs cherchent d'abord à établir une carte de la présence de ces animaux dans l'hexagone. Ils lancent un appel urgent pour cela aux jardiniers amateurs.


"Ces bêtes vivent dans le sol. On a vraiment besoin du public et notamment des jardiniers amateurs. Ce sont eux qui ont les mains dans la terre, qui travaillent le sol et qui sont capables de les repérer...", insiste le professeur Justine.


Le ver plat invasif est assez facile à reconnaître. Il est un peu aplati, noir avec deux vagues bandes dorées. Il arrive qu’on le rencontre en amas emmêlé. C’est un organisme d’apparence anodine, mais d’un impact majeur pour l’environnement. Il n’est pas venimeux, mais peut être toxique si on l’ingère (et ne peut donc se substituer au lombric dans la chaîne alimentaire).

 

Nous lançons donc un appel à témoin afin de réaliser une cartographie de son implantation.

 

Si vous avez observé un tel animal, contactez le Professeur Jean-Lou JUSTINE.


Téléphone : 01 71 21 46 47.


Adresse courriel : jean-lou.justine@mnhn.fr


Via Damoclès