à l'affût de l'actu
12 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Rose Clerc from Solutions locales
Scoop.it!

Le plugin pour les curieux de la CSS !

Le plugin pour les curieux de la CSS ! | à l'affût de l'actu | Scoop.it
Je ne sais pas comment vous faites de votre côté, mais lorsque je suis intrigué par le code d’une page web (et notamment son CSS), je lance l’inspecteur d’éléments de Chrome ou de Firefox pour voir ce qui s’y cache. C’est parfois un peu laborieux mais je m’en sors toujours. Ce matin, sur Twitter, on m’a…

Via Vincent Datin
more...
No comment yet.
Rescooped by Rose Clerc from Metaglossia: The Translation World
Scoop.it!

Santé Canada | Le gouvernement du Canada améliore l'accès aux services de santé de la population francophone de Calgary

CALGARY, le 27 mars 2015 /CNW/ - Au nom de l'honorable Rona Ambrose, ministre de la Santé, Joan Crockatt, députée de Calgary‑Centre, a annoncé un financement fédéral de 600 000 $ pour améliorer l'accès aux services de santé des communautés francophones de Calgary (Alberta).

Le financement est versé à l'Association canadienne-française de l'Alberta régionale de Calgary pour l'ouverture dans la ville d'une nouvelle clinique qui augmentera la prestation de services de santé primaires aux communautés francophones de Calgary. Dans le cadre du projet, l'Association créera des stages ainsi qu'un réseau pour les professionnels de la santé qui souhaitent offrir des soins en français. Une stratégie de recrutement sera aussi mise en œuvre pour la création de futurs postes pour francophones en santé, ce qui améliorera l'accès à des professionnels de la santé francophones. Plus de 21 000 résidants francophones et des milliers d'autres immigrants francophones récemment arrivés dans la ville pourront ainsi profiter d'une amélioration de la sûreté et de la qualité de leurs soins.

Cet investissement fédéral fait partie d'une annonce de 2,3 millions faite plus tôt aujourd'hui par l'honorable Shelly Glover, ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, au nom de la ministre de la Santé Rona Ambrose. Cette annonce appuie six projets dans des centres clés à l'échelle du pays, y compris celui annoncé aujourd'hui, pour la mise en œuvre à l'échelle locale de nouvelles initiatives en vue d'améliorer l'accès aux services de santé des communautés de langue française en situation minoritaire à l'extérieur du Québec. L'an dernier, le gouvernement fédéral a investi 112,9 millions de dollars à l'appui de 14 initiatives au pays pour la formation et l'intégration d'un plus grand nombre de professionnels de la santé bilingues dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire.

Faits en bref

Le soutien fédéral pour ces projets provient de la « Feuille de route pour les langues officielles du Canada 2013-2018 : éducation, immigration, communautés » du gouvernement. Grâce à cet investissement de 1,1 milliard de dollars, le gouvernement du Canada tient son engagement de promouvoir et d'appuyer les deux langues officielles à l'échelle du pays et de garantir un système de santé qui répond aux besoins de tous les Canadiens.
Le Programme de contribution pour les langues officielles en santé de Santé Canada fait partie de la Feuille de route 2013-2018. Le programme soutient des organismes communautaires et des établissements d'enseignement supérieur en vue de l'amélioration de l'accès aux services de santé des communautés anglophones au Québec et des communautés francophones à l'extérieur du Québec.
Au moyen de la Feuille de route, Santé Canada investit plus de 13 millions de dollars sur cinq ans pour répondre aux besoins émergents des communautés de langue officielle en situation minoritaire et pour améliorer l'intégration des ressources humaines en santé au sein de ces communautés à l'échelle du pays.
Selon le recensement de 2011, il y a plus d'un million d'anglophones au Québec et plus d'un million de Canadiens francophones à l'extérieur du Québec, qui représentent ensemble 6 % de la population canadienne.
Le français est la langue maternelle d'environ 81 085 Albertains. Selon le recensement de 2011, la population francophone de l'Alberta croît plus rapidement que toute autre population francophone au Canada. La population francophone a crû d'environ 18 % depuis 2006.
Citations
« Je suis très heureuse que les familles francophones de Calgary et que l'ensemble des Calgariens profitent de cet important projet de soins de santé. Nos communautés francophones minoritaires auront ainsi accès près de chez elles à des services de santé en français dont elles ont grand besoin, ce qui nous aidera grandement à répondre aux besoins des résidants francophones dès maintenant et à améliorer la vitalité de ces communautés à l'avenir. »
Joan Crockatt
Députée de Calgary-Centre

« L'accès aux services de santé nécessaires est une préoccupation pour tous les Canadiens. C'est pourquoi le gouvernement intervient afin de supprimer les barrières linguistiques qui existent dans certaines communautés et qui limitent l'accès des gens à des soins de qualité dans la langue officielle de leur choix. L'investissement d'aujourd'hui renforce encore le système de soins du Canada en augmentant le nombre de professionnels bilingues et en donnant aux patients un accès facilité et amélioré aux soins dont ils ont besoin dans leurs communautés. De concert avec de principaux partenaires et intervenants, nous travaillons pour que, peu importe où ils vivent, les Canadiens puissent utiliser les deux langues officielles quand ils reçoivent des services de santé à l'échelle du pays. »
L'honorable Rona Ambrose
Ministre de la Santé

« La contribution de Santé Canada arrive au bon moment et assurera le développement d'une clinique communautaire pour l'offre active des services de santé en français. Elle apporte à la communauté francophone de Calgary des moyens et des ressources nécessaires au lancement d'un processus de développement des services inexistants. »
Esdras Ngenzi
Directeur général
Association canadienne-française de l'Alberta régionale de Calgary

Via Charles Tiayon
more...
No comment yet.
Rescooped by Rose Clerc from Time to Learn
Scoop.it!

Ecrire pour la presse web : les portes d’entrée de votre article

Ecrire pour la presse web : les portes d’entrée de votre article | à l'affût de l'actu | Scoop.it

Les articles sont lus – on peut l’espérer – sur une grande diversité de supports.  Et le lecteur y entre par de multiples portes.  Quelles en sont les conséquences pour le journaliste ?Voici une première série de réponses.


Via Marco Bertolini, Gilles Le Page, Frédéric DEBAILLEUL
more...
Ma veille's comment, February 11, 2013 8:45 AM
Super pépite ! :-)
Marco Bertolini's comment, February 11, 2013 2:03 PM
Merci à vous pour vos commentaires positifs ;-)
Dinah Galligo's curator insight, February 12, 2013 5:05 AM

Intéressante mécanique ...!

Rescooped by Rose Clerc from Visualization Techniques and Practice
Scoop.it!

7 Super Tips for Creating Powerful Infographics

7 Super Tips for Creating Powerful Infographics | à l'affût de l'actu | Scoop.it
Follow these steps for creating knockout infographics that can give your marketing a visual flair.

Via Beth Kanter
more...
No comment yet.
Rescooped by Rose Clerc from Climate & Clean Air Watch
Scoop.it!

7 Unexpected Ways to Fight Air Pollution - Care2.com ("modern technology can do the work")

7 Unexpected Ways to Fight Air Pollution - Care2.com ("modern technology can do the work") | à l'affût de l'actu | Scoop.it
7 Unexpected Ways to Fight Air Pollution
Care2.com
Air pollution is rising in the world's biggest cities, and health risks are growing with it.

1. Billboards

2. NASA Air Filter

3. Smog-Eating Concrete

4. Buildings

5. Houseplants

6. Super Tree

7. Drones

 


Via Bert Guevara
Rose Clerc's insight:

#développementdurable

more...
Bert Guevara's curator insight, May 22, 2014 11:57 AM

If the traditional anti-air pollution methods aren't working, why not try these new creative methods.

"But these measures only go so far. Many designers and engineers feel that technology can be a sword in the fight for better air quality as well. Keep reading for some of the most promising ideas."

Scooped by Rose Clerc
Scoop.it!

McDonald's - Jeu de société

McDurée limitée. Un jeu de société format jeu de cartes offert pour l'achat simultané d'un menu Best OfTM ou Maxi Best OfTM ou Menu Salade ou Casse Croute et d...

Rose Clerc's insight:

Mc Do fait attention à sa ligne... de conduite

more...
No comment yet.
Rescooped by Rose Clerc from Metaglossia: The Translation World
Scoop.it!

La norme du français en usage au Service de traduction du gouvernement du Manitoba – Articles – Parole aux collaborateurs – Portail linguistique du Canada

Parmi les outils dont le gouvernement du Manitoba dispose pour s'adresser à la population francophone de la province et, au-delà, à l'ensemble de la francophonie canadienne et mondiale, le Service de traduction provincial occupe une place primordiale. Créé en 1974, il emploie treize traducteurs, quatre interprètes et deux terminologues, tous à temps plein, et recourt aux services de nombreux pigistes pour produire quelque 20 000 pages de texte chaque année.

Depuis la reconnaissance par les tribunaux, au cours des années 1980, du statut constitutionnel du français au Manitoba, le gouvernement provincial n'a cessé d'accroître la part de sa documentation et de ses outils de communication (sur le Web notamment) qu'il met à la disposition du public en français. Sauf pour les textes législatifs - lois et règlements principalement - qui sont traduits par un service de traduction juridique distinct, la majorité de ces documents sont traduits par le Service de traduction du gouvernement du Manitoba.

Le Service de traduction est ainsi devenu, volens nolens, un des prescripteurs de norme du français au Manitoba, parallèlement à d'autres prescripteurs traditionnels tels que le secteur de l'enseignement, les médias écrits et audiovisuels, les créateurs littéraires (le Manitoba compte deux maisons d'édition francophones) et les organismes communautaires.

La norme du français employée par le Service de traduction du gouvernement du Manitoba correspond pour l'essentiel à la norme standard en vigueur au Québec et au Canada français. Celle-ci se caractérise par une langue neutre, soignée, socialement acceptable, compréhensible par le plus grand nombre et adaptée au contexte socioculturel, historique et géographique.

À titre d'exemple, le Service de traduction emploiera toujours les termes traversier, magasinage et station-service plutôt que les hexagonalismes ferry et shopping ou l'africanisme essencerie. De même, les néologismes proposés par l'Office québécois de la langue française (courriel, clavardage, mot-clic, par exemple) sont toujours privilégiés par rapport à ceux issus de la francophonie hors Québec et hors Canada (mél, dialogue en ligne, mot-dièse).

Mais le Service tient également compte de la variante géographique propre au Manitoba, ne serait-ce que pour désigner des réalités spécifiques. On parlera ainsi decredit unions pour désigner les coopératives de crédit anglophones et les distinguer descaisses populaires francophones; et le néologisme balle au chaudron (pots-and-pans baseball) est bien pratique pour évoquer cette variante locale du jeu de base-ball qui n'a pas - pas encore du moins - franchi les frontières de la province.

Cette norme locale du français est aussi la conséquence d'un héritage géolinguistique unique au Canada. Contrairement à la situation qui prévaut dans d'autres provinces, où le français est issu d'une seule souche (par exemple la souche québécoise en Ontario), la francophonie au Manitoba découle de trois souches distinctes. Il y a d'abord, dès le début du XVIIIe siècle, les Mitchifs (Métis), descendants des premiers coureurs des bois; puis, tout au long du XIXe siècle, des Canadiens français venus du Québec et des francophones venus de certains États américains; enfin, à partir des années 1880, des Européens venus de France, de Belgique et de Suisse.

Comme le soulignent les chercheurs Robert A. Papen et Anne-Sophie Marchand, « …si les Français, les Belges et les Suisses ont émigré en assez grand nombre ailleurs au Canada, ce n'est que dans l'Ouest canadien, et plus précisément au Manitoba et en Saskatchewan, où ils se sont trouvés en nombre suffisant pour influencer pendant près d'un siècle le profil linguistique de la francophonie des Prairies » 1.

Bien qu'elle tende à s'estomper, cette diversité linguistique du français au Manitoba demeure une réalité. Elle se manifeste surtout phonétiquement et permet souvent de déterminer l'origine géographique locale des locuteurs. Ainsi, les Métis francophones du village de Saint-Laurent, au nord-ouest de Winnipeg, se reconnaissent aisément à leur accent. Et les francophones originaires de la région de La Montagne, dans le sud-ouest de la province, révèlent leur ascendance européenne à leur façon de prononcer certains sons et de grasseyer.

Les variantes lexicales, si elles sont peu nombreuses et tendent à disparaître, distinguent encore certains villages et certaines régions du Manitoba. Comme l'indiquaient plaisamment les auteurs A. Amprimoz et A. Gaboriau, «  le "gamin" ou le "gosse" de Notre-Dame-de-Lourdes [village de la région de La Montagne] ne doit pas s'étonner de voir sa cravate devenir un "col" porté par un "gars" de la Broquerie [village de la région de La Rouge] » 2.

À partir des années 2000, une nouvelle composante géolinguistique est venue enrichir la francophonie du Manitoba. Elle est consécutive à la volonté du gouvernement provincial et des organismes franco-manitobains de recourir largement à l'immigration internationale pour dynamiser la communauté francophone, sur les plans démographique et économique. Le Manitoba est ainsi passé d'une trentaine d'immigrants francophones par an jusqu'à la fin des années 1990, à 349 en 2009, 430 en 2010 et 464 en 2011 (une augmentation de presque 33 % de 2009 à 2011). L'objectif affiché est d'accroître la part des francophones dans l'immigration annuelle au Manitoba pour qu'elle atteigne 7 % (contre moins de 3 % en 2011).

De son côté, l'Université de Saint-Boniface, dont tous les programmes d'études sont en français, a fait passer le nombre de ses étudiants étrangers de 43 en 1998-1999 à 260 en 2007-2008, une augmentation de 600 % en dix ans. Une partie de ces étudiants étrangers francophones font souche au Manitoba, notamment grâce à un dispositif qui permet aux résidents temporaires qui obtiennent un diplôme postsecondaire de la province de postuler au programme Candidats du Manitoba pour devenir résidents permanents.

En 2011, les cinq premières sources d'immigration francophone au Manitoba étaient la République démocratique du Congo, la France, l'Inde, le Maroc et l'île Maurice. Le Service de traduction du gouvernement du Manitoba s'adapte à cette évolution géolinguistique de façon progressive et empirique, « au coup par coup », pourrait-on dire. L'opportunité d'utiliser un terme très « localisé » linguistiquement et fortement connoté, par exemple traîne sauvage, susciterait probablement des discussions passionnées au sein de l'équipe des traducteurs.

 
Via Charles Tiayon
more...
No comment yet.
Rescooped by Rose Clerc from Metaglossia: The Translation World
Scoop.it!

Financement fédéral octroyé aux Franco-Colombiens de l'île de Vancouver

Financement fédéral octroyé aux Franco-Colombiens de l'île de Vancouver | à l'affût de l'actu | Scoop.it
Financement fédéral octroyé aux Franco-Colombiens de l'île de Vancouver
Le député John Duncan annonce l'octroi d'un appui financier à l'Association francophone de Campbell River
CAMPBELL RIVER, COLOMBIE-BRITANNIQUE--(Marketwired - 7 avril 2015) - ministère du Patrimoine canadien
L'honorable John Duncan, ministre d'État et député de l'île de Vancouver-Nord, a annoncé aujourd'hui l'octroi d'un appui financier de 60 000 dollars afin de soutenir la programmation 2015-2016 de l'Association francophone de Campbell River (AFCR). Cet investissement fédéral provient du programme Développement des communautés de langue officielle
Le ministre d'État Duncan a fait cette annonce au nom de l'honorable Shelly Glover, ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles.
Grâce à ce financement, l'AFCR continuera d'offrir aux résidants de la région de Campbell River de précieux services en français destinés aux enfants et aux adultes. L'Association pourra par ailleurs poursuivre sa collaboration avec les organismes francophones de la Colombie-Britannique afin d'offrir des séances d'information aux membres de la communauté. En outre, l'AFCR élaborera un nouveau plan stratégique visant à renforcer sa position au sein de la communauté, maintenir la présence francophone et rassembler les francophones et les francophiles de l'île de Vancouver.
Les faits en bref
Depuis plus de 30 ans, l'AFCR offre des services aux francophones et aux francophiles de la communauté et veille constamment à améliorer cette offre.
La mission de l'AFCR est de promouvoir le français et la culture francophone dans la région.
En mars 2013, le gouvernement du Canada a annoncé sa Feuille de route pour les langues officielles du Canada 2013-2018, un investissement de 1,1 milliard de dollars dans les langues officielles qui rassemble 15 ministères et organismes gouvernementaux. Cet investissement est basé sur trois piliers : l'éducation, l'immigration et les communautés.
Le programme Développement des communautés de langue officielle vise à favoriser l'épanouissement des minorités francophones et anglophones du pays et à leur permettre de participer pleinement à tous les aspects de la vie canadienne.
Citations
« Notre gouvernement comprend que notre dualité linguistique est un atout économique, social et culturel pour tous les Canadiens. Je suis ravie que l'Association francophone de Campbell River soit en mesure de poursuivre son précieux travail au sein de la communauté grâce à notre appui. »
- L'honorable Shelly Glover, ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles
« L'Association francophone de Campbell River s'est imposée comme un leader dans la communauté francophone de l'île de Vancouver. L'annonce d'aujourd'hui renforce notre engagement envers la dualité linguistique qui enrichit nos vies et contribue à rendre notre pays unique ».
- L'honorable John Duncan, ministre d'État et député de l'île de Vancouver-Nord
« Grâce au financement annuel que l'AFCR reçoit du gouvernement fédéral, et avec le soutien des bénévoles de la communauté et les partenariats avec d'autres organismes francophones de la province, l'Association peut remplir sa mission de faire connaître la richesse de la langue française et de la culture francophone dans la région de Campbell River, sur l'île de Vancouver. Les activités et les services offerts à la communauté par l'AFCR viennent enrichir l'apprentissage, l'appréciation et la rétention du français en milieu minoritaire. »
- Mme Berthe Lapierre, présidente, Association francophone de Campbell River
Liens connexes
Association francophone de Campbell River
Programme Développement des communautés de langue officielle - volet Vie communautaire
Restez branchés
Suivez-nous sur Twitter, YouTube, Facebook et Flickr.
RENSEIGNEMENTS
Marisa Monnin
Directrice des communications
Cabinet de la ministre du Patrimoine canadien
et des Langues officielles
819-997-7788

Anna Gravelle
Gestionnaire régionale en communications p.i.
Patrimoine canadien
Région de l'Ouest
604-666-6504

Relations avec les médias
Patrimoine canadien
819-994-9101
1-866-569-6155
media@pch.gc.ca

Via Charles Tiayon
Rose Clerc's insight:
Share your insight
more...
No comment yet.
Rescooped by Rose Clerc from Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

Europol amorce la censure de contenus légaux contre le terrorisme

Europol amorce la censure de contenus légaux contre le terrorisme | à l'affût de l'actu | Scoop.it

 

Europol amorce la censure de contenus

légaux contre le terrorisme

 

 

Europol a annoncé au début du mois le déploiement d’une nouvelle unité qui traquera sur internet les contenus « de propagande terroriste » ou « d’extrémisme violent », et qui les signalera de gré à gré aux plateformes pour qu’elles les suppriment immédiatement. Sans ordre judiciaire ou administratif, et même lorsque le contenu en cause ne viole pas la loi.

 

Europol, l’agence européenne chargée de faciliter la coordination entre les différentes polices de l’Union européenne et de mener des enquêtes en matière de criminalité transfrontières, a annoncé la semaine dernière le lancement de la European Union Internet Referral Unit (EU IRU), dont il faut comprendre toute la symbolique et l’importance sur le plan (anti) démocratique.

 

Présentée comme une initiative visant à « combattre la propagande terroriste et les activités extrémistes violentes liées sur internet », l’unité de police européenne est avant tout un instrument de contre-propagande qui doit permettre aux gouvernements d’obtenir sur internet la censure de contenus que les législations ou juges nationaux ne considèrent pas (ou pas toujours) comme illicites au regard des lois adoptées par les représentants élus.

 

L’unité d’Europol signalera aux services en ligne des contenus qualifiés « de propagande terroriste » ou « d’extrémisme violent » qu’ils hébergent ou auxquels ils donnent accès, pour obtenir qu’ils les suppriment aussitôt, sans passer par un processus judiciaire ou administratif public et contradictoire.

 

La création de l’EU IRU avait été proposée en début d’année par le coordinateur de l’Union européenne pour la lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove, qui suggérait de généraliser à toute l’Europe le principe de la Counter Terrorism Internet Referral Unit (CTIRU), créée par la police de Grande-Bretagne. Dans un document confidentiel (.pdf), de Kerchove écrivait en toutes lettres qu’il fallait « soumettre [aux réseaux sociaux] les contenus terroristes ou extrémistes qui violent les propres termes et conditions des plateformes (et pas nécessairement la législation nationale) ».

 

L’idée de créer l’European Union Internet Referral Unit part du constat simple que l’efficacité de la loi en matière de censure étatique est bridée par les principes de liberté d’expression sur lesquels veille la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Mais que par ailleurs, les internautes n’utilisent plus de réseaux P2P et n’hébergent plus leurs propres contenus lorsqu’ils s’expriment, mais passent quasi exclusivement par des plateformes privées (YouTube, Facebook, Twitter, Google+, Overblog,...) qui imposent des contrats privés, lesquels peuvent être plus restrictifs que la loi en matière de liberté d’expression.

 

Il est donc bien plus efficace et discret en 2015 de faire exercer cette censure par les acteurs privés, grâce à des pressions à des accords bons pour leur image publique, que d’opérer cette censure par des ordres administratifs dont la légalité est parfois très douteuse et sujette à des condamnations par la CEDH.

 

 

« DES RELATIONS DE CONFIANCE AVEC LE SECTEUR PRIVÉ »

 

C’est dans ce sens que le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a obtenu en avril dernier l’accord de principe de Google, Facebook, Apple et Twitter de mettre en place « une plateforme de bonnes pratiques dans la lutte contre la propagande terroriste sur le Net », qui doit faciliter la fermeture de comptes ou la suppression de contenus. « Les terroristes n’ont pas leur place sur Facebook », avait ensuite déclaré le réseau social pour marquer son approbation de la démarche, même si qualifier le « terrorisme » est souvent plus politique que pénal, et qu’il paraît douteux, voire dangereux pour la démocratie, de laisser des entreprises privées et l’exécutif décider souverainement de ce qui est de la propagande terroriste et ce qui ne l’est pas.

 

Selon le communiqué d’Europol, l’EU IRU « puisera dans les relations de confiance qui existent entre les autorités de police [et] le secteur privé », et « identifiera et fera suivre les contenus en ligne pertinents aux fournisseurs de services internet concernés, et aidera les États membres avec des analyses opérationnelles et stratégiques ».

 

« Les récentes attaques terroristes en France, Tunisie et au Koweït ont démontré une nouvelle fois combien il est important de combattre les menaces terroristes avec détermination », s’est félicité Dimitris Avramopoulos, le commissaire européen à l’immigration, aux affaires intérieures et à la citoyenneté. L’Unité d’Europol « fournira aux États membres un appui opérationnel sur la manière de réaliser plus efficacement la détection et la suppression d’un volume croissant de contenus terroristes sur internet et sur les médias sociaux ».

 

Suite à la décapitation terroriste d’un chef d’entreprise dans l’Isère, le Premier ministre français Manuel Valls avait rapidement fait savoir que c’était « d’abord sur internet » qu’il fallait lutter contre le terrorisme, tout en précisant qu’aucune loi supplémentaire ne serait nécessaire. Car désormais, la censure se fait plus discrète, par le droit souple, qui n’a rien de démocratique.

 

Avantage supplémentaire : la censure de gré à gré, négociée entre États et acteurs privés, n’apparaît pas dans les rapports. Ni les rapports officiels des pays qui doivent rendre compte de leur politique en matière de respect de la liberté d’expression, ni les prétendus « rapports de transparence » des entreprises privées, qui se contentent de signaler les demandes officielles émanant des États.

 

 

 

Par Guillaume Champeau - numerama.com – le 6 juillet 2015.

 


Via Koter Info
Rose Clerc's insight:

Europol lutte anti cybercriminalité action majeure

more...
No comment yet.
Rescooped by Rose Clerc from DocPresseESJ
Scoop.it!

Recul historique de la durée d’écoute de la télévision

Recul historique de la durée d’écoute de la télévision | à l'affût de l'actu | Scoop.it

Les Français ont passé 8 minutes de moins devant l’écran traditionnel depuis le début de l’année, un chiffre inédit.

 

Lire aussi "France 2, France 3, Arte, D8 et Gulli en hausse sur les quatre premiers mois" et "Toutes les autres chaînes sont en baisse"


Via DocPresseESJ
more...
DocPresseESJ's curator insight, May 22, 2014 12:09 PM

"la télévision avait réalisé sa meilleure performance historique en 2012 grâce à l’élection présidentielle, aux Jeux Olympiques et à l’Euro de football."

Rescooped by Rose Clerc from Recyclage, économie circulaire, filières REP
Scoop.it!

Environnement - Programme Life+ : 18 projets pour la France - Environnement Magazine

Environnement - Programme Life+ : 18 projets pour la France - Environnement Magazine | à l'affût de l'actu | Scoop.it
Informations sur l'environnement pour l'ensemble des professionnels du secteur, pr�sentation des revues du groupe Victoires Editions

Via A-Par
Rose Clerc's insight:

Métiers DD

more...
A-Par's curator insight, May 7, 2014 10:54 AM
A noter le projet de Bertin Technologies (Inspire4Life sur le tri automatique des déchets plastiques)